Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Contes enfants - Les contes - Rasta le poireau et Tattouille la tomate : 11ème lecture

par Satchoum 28 Décembre 2006, 00:49 Les contes

> Le début de l'histoire

 > La lecture précédente > La liste des contes

Le paradis des fruits et des légumes

Tandis qu’ils parlaient, ils furent interrompus par plusieurs ronflements successifs : « Brrrr…. Brrrrr…..Brrrr ». Puis le bruit se transforma en un ronronnement permanent : « Brrrrrrrrrrr ».

La camionnette venait de se mettre en marche. Pendant un long moment, elle trembla sous les deux amis en leur chatouillant le ventre. Ils furent emportés successivement, d’un côté, puis de l’autre du panier, en s’amusant comme des fous ! « Oh oh oh ! » lançait le poireau. « Hi hi hi » répondait sa petite amie. Rasta était plié de rire et Tattouille se bidonnait littéralement. Il y avait bien longtemps que l’un et l’autre n’avaient pas autant gloussé !

Un peu après, l’engin ralentit, les secousses cessèrent, et avec elles, le curieux ronflement.

« Schblick » La porte arrière de la camionnette s’ouvrit.

A plusieurs reprises, le jardinier grimpa à l’intérieur en la faisant bouger, comme s’il en déchargeait des colis. Puis il finit par saisir le panier où se trouvaient nos deux compères et l’emporta avec lui. Il le pencha soudainement et, dans un joyeux concert de « Aïe » et de « ouïe », Rasta et Tattouille basculèrent et roulèrent avec les autres petites tomates.

Tibous - Lecture enfants - Le paradis des fruits et des légumesLorsque l’ordre fut revenu, Tattouille rouvrit ses petits yeux qu’elle avait crispés et resta totalement sidérée par le spectacle. Autour d’elle, elle découvrit un fabuleux décor multicolore : du rouge, du vert, du blanc, du jaune et même du orange. Des tomates à pertes de vue, ainsi que des milliers d’aubergines et autant de framboises ! Rasta, qui avait plus d’expérience, reconnut des concombres, des salades, des poivrons, des courgettes, des citrons. Et un peu plus loin, des pommes, des poires, des fraises, des abricots, des cerises, des pêches et tant d’autres encore ! Il y en avait partout. Les deux amis échangèrent des regards complices et enchantés. Ils avaient l’impression d’être parvenus au Paradis du fruit et du légume.

Ils comprirent également qu’il existait en fait de nombreux jardiniers à deux tiges. Ils en virent passer par douzaines, et d’autres s’arrêter, parler, s’égosiller, agiter leurs branches, se presser autour des étals bariolés. Il y en avait des grands, des petits, des dodus comme les aubergines, des très minces comme les poireaux. C’était tout simplement extraordinaire.


commentaires

Haut de page